Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Magazine RETRO TOURISME
  • Magazine RETRO TOURISME
  • : Association ROUTE NOSTALGIE magazine RETRO TOURISME http://routenostalgie.free.fr L'histoire de l'univers de la route, automobilia, petroliana, garagenalia, road history, art, histoire, ...
  • Contact

Recherche

20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 20:18

Exposition Peter Stämpfli. http://www.baudoin-lebon.com/contenu6.php
du 13 mars au 3 mai, Galerie Baudoin Lebon.

La galerie Baudoin Lebon présente les œuvres récentes, sculptures et oeuvres sur papier, de l’artiste suisse Peter Stämpfli.

Cette exposition s’inscrit dans un contexte de redécouverte du Pop Art européen et de la Figuration Narrative. En effet, la Kunsthaus de Zürich présente 80 chefs-d’œuvre du Pop Art européen du 15 février au 12 mai dans le cadre de l’exposition Europop, et les Galeries Nationales du Grand Palais s’intéressent au mouvement de la Figuration Narrative à travers ses œuvres majeures dans le cadre de l’exposition – co-organisée par le Centre Georges Pompidou – Figuration Narrative (1960-1972), du 16 avril au 13 juillet 2008

Une de ses œuvres monumental sera exposée à l'entrée de l'exposition FIGURATION NARRATIVE. Paris 1960-1972.
Exposition du 16 avril - 13 juillet 2008 de lz GALERIES NATIONALES DU GRAND PALAIS. http://www.rmn.fr/ www.jacquesmonory.com/download/CP_Figu_Narrative.pdf -

Une de ses sculptures géante est visible dans un parc à Chevilly la rue.
http://www.culture.gouv.fr/culture/dap/dap/unpourcent/exemples/iledefrance/stampfi.htm

Biographie de Peter Stämpfli http://www.zannettacci.com/artistes/Stampfli/Stampfli_Bio_FR.html

Peter Stämpfli plus de 30 ANS D’ART PNEUMATIQUE :-)

La trace du pneu a guidé sa vie d'artiste, découvrons un peu plus l’oeuvre de l'artiste Peter Stämpfli.

Riviera 1967 huile sur toile, photo Pascal Hegner, Soleure
Cet artiste hors norme a consacré les 30 dernières années de sa vie à l’étude du pneu comme inspiration artistique. Cette démarche surprenante nous intrigue, comment en est-il arrivé là, quelle est sa ligne directrice ?

DE SUISSE A PARIS
Après des études d’art à Berne et à Bienne en Suisse, il viendra s’installer à Paris. Il a été l’un des premiers protagonistes du pop art européen au début
des années 60, mais aussi assez proche du néo-réalisme, un style propre assez inclassable. A ses débuts dès 1963, il surprend par ses oeuvres originales qu’il tire des
objets les plus anodins et dépouillés, chaussures, verres, lavabos, cette quête l’amène aussi parfois vers l’automobile, dont il extrait des visions, des impressions, comme avec une loupe sur des parties isolées, l’inspiration automobile deviendra plus exclusive à partir de 1968.

Ce qui marque dans la vision de ses oeuvres, c’est la transformation, au travers de son regard, d'un objet anodin en oeuvre d’art. De 67 à 69, il s’arrête quelques temps sur la roue et c’est ensuite que tout bascule en 1969, sans savoir dans quelle direction il allait.



DU PNEU AU MOTIF

Record 1980, Pastel, Fonds régional d’art contemporain de Picardie.
De cette roue il passe à sa structure, mais par étapes, la première oeuvre de cette série fut «SS396 N°2» en 1969. Dans une première période il décline des parties de pneus en perspectives, sous de multiples formes. C’est toujours le hasard qui l’amène à zoomer sur le motif pictural du pneu. Peut-être y a t-il vu là le côté presque humain de cet objet ? une sorte d’empreinte digitale, en apparence tous semblables, mais en réalité tous différents. A l’opposé de l’apparente froideur du thème, l’artiste joue avec distinction et humour de toutes les nuances. C’est une révélation et une étape cruciale dans cette quête infinie, cette structure il va la multiplier au grès de ses fantasmes, l’user jusqu’à la corde. De cet élément sombre et anodin en apparence, il va en exhaler des couleurs, des formes, de la beauté. Toutes ses oeuvres s’appuient sur la réalité, ses toiles portent comme nom, la référence du modèle de pneu. Il utilise la moindre possibilité, de la géométrie d’une structure de caoutchouc aux dédales tortueux.







L’EMPREINTE




A partir des années 70 c’est l’empreinte, d’abord à plat puis en volume dès 1976 et a partir de 1979 de plus en plus colorée. 1985 c’est le symbolisme, tout devient suggérer. Mais ses idées l’entraînent aussi vers le volume tridimensionnel avec des reliefs dans l’herbe comme (« Empreinte de pneu S155 «, Ivry 1986), des reliefs muraux; Enfin en 1999 l’empreinte à plat réapparaît, mais sous forme de motifs géométriques répétitifs.

"Communication", relief en acier chromé pour Empreinte de pneu S155, 1986 Hôtel de ville d’Ivry Empreinte de pneu S155, emplacement définitif 1989 au Parc du Petit-Leroy Chevilly-Larue (France) Photos André Morain

ON LE SUIT A LA TRACE DANS LE MONDE ENTIER

"Communication" 1990, maquette en résine, photo J.M Kollar. du relief du Musée des communications à Berne. L’original mesure 7,75m de haut par 6,40m de large.

Quand on passe en revue ses oeuvres et ses expositions on est frappé par la minutie avec laquelle il les traite, rien n’est dû au hasard tout est pensé, mais pourtant il semble avancer dans une recherche continuelle de ce qui le surprendra comme dans une
enquête, que le moindre nouvel indice fera progresser. Actuellement il explore avec une certaine magie le volume.

Son travail est reconnu dans le monde entier, de Séoul à New York, beaucoup de ses œuvres souvent monumentales ornent les parcs, les monuments ou les gares
de nombreux pays. Sa vie d’artiste est remplie de rencontres et d’anecdotes, certaines l’ont particulièrement marqué. Comme lorsque le responsable de
Michelin en Suisse lui a offert une partie empreinte d’un moule industriel pour pneus, le moule d’origine pesait plus d’1 tonne. Ou encore il y a quelques années au Ritz lors de la remise d’une récompense internationale, quand le tapis rouge, représentant une empreinte de pneu, qu’il a réalisé, vit défiler les pieds des plus illustres représentants du monde automobile, venus pour la lui remettre. Schumacher lui donnera l’accolade un très grand moment pour lui.

Entre son modèle (le pneu) et lui s’est créé un vrai lien, une passion qui le conduira encore sur la route du succès, il est loin d’avoir épuisé son sujet et nous surprendra encore. Ces dernières années, il s'est consacré à des oeuvres monumentales superbes en volume, qui décors les parcs du monde entier.

Pascal Pannetier (photos P.P. sauf mentions spéciales).


Quelques livres, ou références :

- Pneupneupneupneupn 1998, ISBN 2-902462-46-8.

- Stämpfli met la gomme, Livre de l’exposition édité par la Galerie du jeu de paume et la Réunion des musées nationaux, Éditions du Seuil. 2002.

- Monographie consacrée à Peter Stämpfli, par Daniel Abadie, conservateur de la Galerie nationale du Jeu de paume, publiée en 1991 aux éditions d’art Albert Skira Genève Suisse.

- Alphabet pour Stämpfli, 1980 Catalogue pour l’exposition Peter Stämpfli : oeuvres récentes, Centre Georges Pompidou..

- La peinture de Stämpfli, 1970 Alain Jouffroy, Edizioni D’Arte Fratelli Pozzo, Turin, Italie.

Peter STÄMPFLI à coté de deux maquettes, au fond maquette d’un moulage d’empreinte de pneu et à droite maquette miniature en volume d’une des oeuvres monumentales qui a vu le jour dans un parc à l’autre bout du monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pannetier Pascal - dans Bourses-Salons-Expos
commenter cet article

commentaires