Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Magazine RETRO TOURISME
  • Magazine RETRO TOURISME
  • : Association ROUTE NOSTALGIE magazine RETRO TOURISME http://routenostalgie.free.fr L'histoire de l'univers de la route, automobilia, petroliana, garagenalia, road history, art, histoire, ...
  • Contact

Recherche

19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 19:25
 

-cid_0976BB02-321D-4ADA-9B19-32EB11AE56C0.jpg

 

 

 

Les 9 et 10 juillet 2010, à Clermont-Ferrand,

Dispersion de la collection Alain Morel, la plus importante collection privée d’objets Michelin au monde, par la SVV Vassy & Jalenques.

 

 

 

Il s’agit d’un événement tout à fait exceptionnel

Voici comment les organisateurs de la vente, les commissaires-priseurs Bernard Vassy et Philippe Jalenques, assistés du journaliste et consultant Pierre-Gabriel Gonzalez, présentent la vente aux enchères des quelques 5000 objets publicitaires, cartes et guides de la collection Alain Morel, qui aura lieu les 9 et 10 juillet prochains au Casino de Royat-Chamalières, tout près de Clermont Ferrand.

Il s’agit de la plus importante collection privée Michelin connue au monde.

 

Alain Morel, restaurateur belge passionné de l’aventure industrielle et publicitaire de la célèbre Manufacture, est à l’origine de l’événement et a souhaité disperser sa collection à l’occasion du 10

 

e anniversaire de la Convention Internationale des Collectionneurs Michelin : "J’ai accumulé ces objets pendant 15 ans, explique-t-il, mais vient un moment où il faut se dire qu’on est arrivé au bout de sa passion. Le choix de Clermont-Ferrand n’est pas un hasard, car c’est le berceau de Michelin , précise-t-il comme une évidence.

Parmi les lots phare de la vacation, les amateurs découvriront notamment une exceptionnelle « intégrale » de tous les Guides Michelin « Rouges » édités au XXe siècle, soit environ 300 guides, qui constitue la pièce la plus convoitée par tous les collectionneurs et notamment par les grands chefs étoilés.

!cid BD35F8AD-B018-4016-8BE0-D4C141DE1D7B

Vente aux enchères

le samedi 10 juillet 2010 à 11h et 14 h, au Casino de Royat-Chamalières, près de Clermont-Ferrand par Bernard Vassy & Philippe Jalenques

 

Expositions publiques

vendredi 9 juillet de 14h à 19h et samedi 10 juillet de 10h à 11h

Lots visibles sur www.interencheres.com

 

Panoramique :

http://88.191.89.101/pourcher-ftp/VASSY-MICHELIN-Round-up/MICHELIN-PANOTOUR.swf

Contact SVV Vassy & Jalenques

Hôtel des Ventes de Clermont

Société agréée SVV n° 2002-111

19 rue des Salins

63000 - Clermont Ferrand

Tél : 33 (0) 4 73 93 24 24

Fax : 33 (0) 4 73 35 54 34

Courriel : vassy-jalenques@wanadoo.fr

Contact Pierre-Gabriel Gonzalez, consultant de la vente

33 (0) 673 662 468 - Courriel : pgg@artcoll.fr - site : www.artcoll.fr

 

 

 

Cette vente aux enchères s’annonce exceptionnelle par la rareté des pièces et par leur extrême diversité. Elle va attirer les plus grands collectionneurs internationaux, de nombreux amateurs et une foule de curieux, qui portent une affection toute particulière à la célèbre marque et à son emblématique mascotte, le fameux Bibendum.

 

« Michelin est la marque la plus connue au monde après Coca-Cola »

 

, expliquent les commissaires-priseurs Bernard Vassy et Philippe Jalenques.

 

Elle a eu en effet un impact profond sur l’identité culturelle de la France tout au long du XXe siècle, ce qui lui a d’ailleurs valu d’être élue « Logo du Siècle » en 2000 par un jury international du magazine The Financial Times. Il s’agit d’une des rares marques à avoir traversé le siècle sans subir de changements : le Bibendum a vu le jour pour une

 

campagne publicitaire en 1898, dessiné par l’artiste O’ Galop et son profil, ses attitudes ont évolué au fil des années tout en restant fidèles au modèle original.

 

« Cette vente est un aboutissement, la fin d’une cycle »

 

, déclarent Bernard Vassy et Philippe Jalenques :

«

 

C’est la première fois qu’autant d’objets de la marque sont réunis. C’est la vente de la décennie », renchérit le journaliste Pierre-Gabriel Gonzalez, spécialiste de l’histoire de la Manufacture et consultant pour la vente.

 

Le propriétaire de cette incroyable collection, Alain Morel, ancien restaurateur belge et collectionneur passionné, a décidé de passer la main :

 

« J’ai débuté cette collection en 1994, explique-t-il. Au départ, je voulais savoir comment mon restaurant était classé dans le célèbre Guide rouge. Alors, j’ai chiné tous azimuts, sur les brocantes, sur Internet ».

 

Au point d’amasser un véritable trésor.

 

Il affirme qu’aujourd’hui, l’essentiel est de permettre à tous ces objets de vivre une

 

nouvelle vie : « Autant en faire profiter les autres. Cela va faire des heureux ».

L’ensemble est véritablement incroyable et les amateurs y retrouveront tous les objets les

 

plus recherchés portant à l’effigie du célèbre personnage : cartes, guides français, belges, anglais ou italiens, affiches, enseignes, prospectus techniques, brochures d’informations, outils autour du pneu, boîtes à rustines, poupées, landaus, Michelines voitures et camions miniatures, jeux de plage, cartes postales sans oublier l’incontournable Bibendum, sous les formes les plus inattendues.

 

Certains lots sont tout à fait étonnants et exceptionnels, comme par exemple la maquette originale de la Une de l’hebdomadaire satirique Le Rire du 17/11/1906 montrant Clémenceau sous les traits de Bibendum, un jeu de l’oie de 1893 considéré comme le

 

premier objet promotionnel Michelin, une impressionnante affiche d’O Galop « Le coup de la Semelle» de 1905, dimensions 3,20 x 2,40 m ; ou encore des pneus dont certains ont près de cent ans, vendus avec leurs accessoires de réparation : cric, manivelle, pompe, colle et rustine en boites lithographiées, le tout des années 1900/1930 !!!

 

Sans oublier le lot le plus attendu, l’intégrale des Guides Rouges du XXe siècle.

 

 -cid_F4108A5E-0903-4A92-AE95-964DE1F2C1A9.jpg

 

 

 

 Le Guide Rouge, un guide en or

 

Le lot phare de la collection Alain Morel sera une collection intégrale de tous les Guides Michelin « Rouges » édités au XXe siècle, avec toutes les variantes possible, soit environ 300 guides. Il s’agit d’une pièce extrêmement convoitée, qui devrait susciter des enchères de haute volée.

 

Pour comprendre un tel engouement, il faut revenir sur l’histoire du Guide Michelin…

 

Une grande partie de l’intérêt porté aujourd’hui aux Guides Rouges MICHELIN France

 

provient, à l’origine, de la simple préoccupation de quelques grands chefs étoilés français de garder en archives toutes les années du Guide dans lesquelles leurs établissements étaient cités. La curiosité de ces précurseurs a naturellement glissé vers les autres années de parution du guide et l’idée d’en posséder une collection complète est venue dans les années 1970/1980 à quelques-uns de ces grands chefs.

 

Partie des «sommets», cette idée de collection a été rapidement reprise par d’autres restaurateurs présents dans le «Michelin»à des moindres degrés (environ 200 aujourd’hui en Europe).

 

Jusqu’au milieu des années 1990, les prix sont restés sages, quelques dizaines de francs pour les guides après 1945, à peine plus pour ceux parus entre 1919 et 1939 et tout au plus deux ou trois cents francs pour les années 1914 à 1901. Un exemplaire du très rare «1900», s’était même négocié à l’époque près cinq mille francs.

 

Quelques heureux chineurs se sont donc constitué des collections quasi-complètes à bon compte... mais la plupart du temps, il leur manquait le premier de la série.

 

Pierre TROISGROS par exemple, qui se porta acquéreur aux enchères en 2000 d’un Guide 1900 pour 6000 euros, frais compris, le cherchait depuis plus de vingt ans.

 

Un "Guide du Chauffeur" ou la naissance d’un mythe

 

En 1900, les routes ne sont pas goudronnées et pas numérotées. Il n’existe aucune signalisation, pas plus aux intersections qu’aux entrées des villes et villages. Le chantier est immense. Les frères Michelin mettent alors en place une politique globale de "facilitation" de la circulation automobile, dont le Guide Rouge constitue le premier maillon. En septembre 1900, quand paraît le premier «Guide de l’automobiliste» offert gratuitement par un célèbre fabricant de pneus clermontois, le tourisme automobile en est à ses premiers balbutiements. En fait, l’ouvrage distribué gratuitement aux automobilistes n’est au début qu’un document publicitaire de 400 pages destiné à dédramatiser les déplacements automobiles, en donnant tous les conseils pour changer un pneu, en rappelant les précieuses adresses de chaque «Stock MICHELIN» ou en signalant les hôtels où les intrépides voyageurs pouvaient séjourner dans des conditions acceptables de confort.

 

Dans la préface du guide paru en 1900 et distribué lors de l’Exposition Universelle de Paris, André MICHELIN écrit : «Cet ouvrage paraît avec le siècle ; il durera autant que lui...»

 

Effet de style, peut être ; confiance dans le progrès, sans doute ; géniale intuition,

 

certainement. Très en avance sur leur temps, les frères MICHELIN comprennent très vite qu’ils ont tout intérêt à favoriser la multiplication des déplacements professionnels et privés, notamment de ville à ville... pour vendre encore plus de pneus.

 

-cid_2C14369E-0293-47EB-A683-4B8D07703BDB.jpg

 

Le succès des Guides Michelin est lancé

 

Dès les premières années, la concurrence se montre féroce entre les différentes marques de pneu. Les principales s’appellent Dunlop en Grande-Bretagne, Continental en Allemagne et Michelin en France. Ces antagonismes commerciaux sont soutenus par des antipathies nationales. Continental sort en 1904 un guide automobile très proche du Guide Michelin. La ressemblance est si troublante qu’elle fera l’objet d’un procès

 

retentissant donnant raison au fabricant français.

La cote des Guides Rouges

Grâce à la qualité des ventes organisées chaque année en juillet à Clermont-Ferrand par la SVV Vassy & Jalenques, une véritable cote s’est

 

constituée progressivement, plaçant les guides Michelin parmi les ouvrages de gastronomie les plus chers au monde. Parmi les enchères records enregistrées lors de ces vacations :

- en 2000, un Guide Rouge Michelin de 1900 est adjugé 6 000 euros frais compris, à Pierre TROISGROS ;

- en 2001, le record est pulvérisé : un second exemplaire du Guide 1900 est emporté à 14 000 euros par le restaurant lyonnais « La Rotonde », détenu par le groupe de casinos Partouche. ;

- en 2002, Jean-Yves BATH, restaurateur parisien d’origine auvergnate, enlève une collection complète de Guides Rouges Michelin France de 1900 à 2000 pour la somme record de 21 000 Euros (140 000 F, frais compris).

 

Cette enchère constitue toujours le record mondial dans sa catégorie.

 

Il importe de signaler que la diffusion par MICHELIN de centaines de milliers d’exemplaires de son Guide 1900 en fac simile en 1989 et 2000 pour célébrer l’anniversaire de la

 

marque, a joué un tour à de nombreux Français. Suite à ces enchères record, des milliers de personnes ont cru détenir un véritable trésor, l’un des précieux et authentiques exemplaires… Hors, deux mentions permettent de faire la différence :

- «Réimpression du 1er Guide Rouge édité en 1900», portée sur les rééditions de 1989, diffusées pour le centenaire de la marque,

- et «Réimpression du Guide MICHELIN 1900 à l'occasion des cent ans de la collection», mentionnée sur la réédition de l’année 2000 et diffusée pour le centenaire du Guide Rouge.

En dehors de ces lignes, rien, si ce n’est les marques du temps, ne différencie une édition récente d’un exemplaire authentique.

 

-cid_F37B60EC-5BAE-46D5-96E2-88AD5540FEC2.jpg

 

 

 

Alain MOREL, Portrait d’un incroyable collectionneur de Bibendum

 

Alain Morel est un restaurateur bruxellois, devenu en quelques années le plus important collectionneur Michelin du monde. Ses innombrables trouvailles formaient un véritable musée privé qui occupait plus de150 mètres carrés au dessus de sa confortable maison située à Waterloo, dans la proche banlieue de Bruxelles.

 

Sa passion est née en 1994, après l’acquisition de l’Auberge de Boendaël dans la capitale belge :

 

« J’avais envie de voir si l’Auberge était inscrite dans le guide Benelux, ce qui était le cas. Puis j’ai voulu savoir ce qu’il en était des années précédentes, depuis sa création en 1955, puis j’ai continué à acheter des guides Au début, j’ai eu très peu de contacts avec d’autres collectionneurs. En 1998, j’ai quand même souhaité organiser une exposition de ma collection à l’occasion du centenaire du Bibendum. Son grand succès, notamment auprès des médias belges, m’a alors permis de nouer des liens avec de nombreux collectionneurs. De plus, en 2000, Michelin est venu présenter chez moi la nouvelle collection des Guides Verts et le guide Rouge 2000 pour la Belgique. Là aussi, j’ai pu rencontrer de nombreux journalistes et j’ai multiplié mes contacts. »

 

C’est ainsi qu’Edouard Michelin lui-même avait découvert sa collection à ce moment :

« Il devait rester ¼ d’heure, il est resté finalement une heure et demie chez moi «

 

, aime à rappeler Alain Morel.

 

Pour tous ceux qui le connaissent, Alain Morel allie les qualités d’un homme d’affaires avisé à une certaine bonhomie et une grande générosité. Il partage volontiers ses connaissances ; il a notamment été le premier à diffuser largement en 2000 un listing complet des Guides Rouges. Il est aussi un épicurien, curieux envers les autres, aimant la bonne cuisine, les bons vins...

 

Disperser aujourd’hui son incroyable collection ne semble pas être pour lui trop difficile

 

même si, avec un pincement au coeur, il déclare qu’il ne sera pas présent le jour J. "Je resterai en Belgique ".

 

« J’ai accumulé ces objets pendant 15 ans, explique-t-il, mais vient un moment où il faut se dire qu’on est arrivé au bout de sa passion. Le choix de Clermont-Ferrand n’est pas un hasard, car c’est le berceau de Michelin »

 

, précise-t-il comme une évidence.

 

L’essentiel est pour lui de permettre à tous ces objets de vivre une nouvelle vie :

 

« Autant en faire profiter les autres. Cela va faire des heureux » affirme-t-il avec humour.

Le marché des objets de collection Michelin

 

Selon Pierre-Gabriel Gonzalez, environ 400 à 500 personnes consacreraient en France des collections au monde du pneumatique. Parmi eux, 8 sur 10 s’intéressent aux objets liés à Michelin. Une moitié s’intéresse plutôt aux guides et cartes, l’autre aux objets comme

 

les plaques émaillées, les porte-clés, les calendriers, les affiches et bien sûr le célèbre Bibendum, emblème du manufacturier Clermontois.

Les collectionneurs français sont souvent liés à la manufacture Michelin: retraités, fils d’ouvriers de la firme, mais aussi restaurateurs figurant dans le guide Michelin et qui ont

 

commencé en collectionnant les guides qui les mentionnaient. Mais les amateurs de Bibendum se trouvent aussi dans le monde entier, de l’Australie au Canada, des Etats-Unis à L’Italie, en Angleterre, en Pologne, en Allemagne, ou encore au Japon, en Corée et même en Afrique où il est souvent considéré comme une mascotte.

 

Deux objets sont tout particulièrement recherchés : le premier guide Michelin, tiré en

 

1900 à près de 50 000 exemplaires alors qu’il n’existait que 5 000 voitures, et le gonfleur Michelin qui trônait dans les garages des années 30: un compresseur fixé sur un chariot, surmonté d’un «Bibendum», de la bouche duquel sortait le tuyau d’arrivée d’air.

Les organisateurs

La Société de Ventes Vassy & Jalenques

 

La Société de Ventes Volontaires Vassy & Jalenques est intégrée au réseau Ivoire, dont elle est à l’origine de la création. Ivoire regroupe une quinzaine de SVV en France et possède des bureaux à Paris. Elle réalise un produit de ventes annuel de 4 à 5 millions d’euros grâce à une activité plutôt généraliste, 5 à 6 ventes de mobilier et objets d’art et une douzaine de ventes à thème (livres, bijoux, arts du XXe siècle)...

 

Philippe Jalenques est président du comité de surveillance d’Interenchères et Bernard Vassy a été membre du Conseil des Ventes Volontaires et siège par ailleurs à la Chambre de Commerce de Clermont-Ferrand.

 

En association avec Pierre-Gabriel Gonzalez, la SVV Vassy et Jalenques a créé en 2000 le marché des objets publicitaires Michelin aux enchères et a organisé depuis lors

plusieurs ventes sur ce thème qui ont connu un retentissement certain notamment grâce aux guides rouges 1900.

 

Cette société de ventes a recemment dispersé un ensemble de motos Voxan avec notamment un protoype Voxan dessiné par Philippe Starck, adjugé 15 000 euros.

 

Pierre-Gabriel GONZALEZ

 

Pierre-Gabriel Gonzalez, journaliste reconnu, est un spécialiste passionné de la saga Michelin. Fondateur de l’Association des amis du pneumatique qui est à l’initiative des fameuses conventions internationales des collectionneurs d’objets Michelin, il est l’auteur de deux ouvrages de référence sur la célèbre marque : «Bibendum, publicité et objets

 

Michelin» et «Bibendum à l’affiche, cent ans d’images Michelin». Il est consultant pour les ventes aux enchères d’objets Michelin organisées depuis 2000 par la société de ventes Vassy-Jalenques.

 

Pierre-Gabriel Gonzalez est également l’un des meilleurs spécialistes de l’étymologie des patronymes en France et a publié plusieurs ouvrages importants sur ce sujet qui passionne de plus en plus nos contemporains, comme « Le Grand Dictionnaire des noms de famille

 

en France ». Il collabore depuis vingt ans à la Revue française de Généalogie et anime régulièrement des chroniques sur l’origine des noms de famille dans la presse quotidienne régionale.

Informations pratiques

 

A l’occasion du 10e Anniversaire de la Convention internationale des Collectionneurs MICHELIN®, Clermont-Ferrand 2000/2010

 

Organisée par l’Association des Amis du Pneumatique, association fondée en 1999

Invitée d’honneur : l’Association des Collectionneurs de Guides et Cartes MICHELIN ACGCM

 

Expositions publiques de la collection Alain MOREL

 

Vendredi 9 juillet 2010, de 14 heures à 19 heures et Samedi 10 juillet, de 10 heures à 11 heures

Visite VIP de L’Aventure Michelin, le vendredi 9 juillet de 19h à 21heures

 

 

 

 

«Michelin et Bibendum sont des marques déposées»

 

« nous avons créé ce marché en 2000 avec la première vente d’objets publicitaires de la Manufacture, au cours de laquelle Pierre TROISGROS acheta le fameux Guide Rouge 1900 ».

UNE PART DE LÉGENDE AUX ENCHÈRES

 

5000 objets publicitaires, guides et documents consacrés à l’une des marques les plus célèbres dans le monde, dont l’emblématique mascotte Bibendum, fut élue « Logo du siècle » en 2000

© Michelin

 

SVV VASSY & JALENQUES - 19, rue des Salins - 63000 Clermont-Ferrand

Partager cet article

Repost 0
Published by Pannetier Pascal - dans Enchères
commenter cet article

commentaires

andree . collot 06/02/2017 21:13

J AIMERAI S AVOIR COMBIEM COUTE UN BIBONHOMME EN FONTE

anonyme 01/03/2015 21:03

bravo a ce colectioneur michelin cest super une telle collection